Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; plgSystemRegacymailing has a deprecated constructor in /home/au2yb3ls/arvier.eu/plugins/system/regacymailing/regacymailing.php on line 12

Deprecated: Methods with the same name as their class will not be constructors in a future version of PHP; plgSystemAcymailingurltracker has a deprecated constructor in /home/au2yb3ls/arvier.eu/plugins/system/acymailingurltracker/acymailingurltracker.php on line 12
Cuisson du pain

Warning: Use of undefined constant COP_JOOMLA - assumed 'COP_JOOMLA' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/au2yb3ls/arvier.eu/modules/mod_ext_skitter_slideshow/mod_ext_skitter_slideshow.php on line 98

Developed in conjunction with Ext-Joom.com

LA CUISSON DU PAIN

pane_9 pane_1

Depuis les temps les plus reculés, dans tous les hameaux de notre commune, on cuisait le pain ; un pain à base de farine intégrale.
Au mois de décembre, toutes les familles du hameau se retrouvaient autour du four et chacune d’entre elles – en fonction de ses besoins – faisait cuire une ou plusieurs fournées de pain, en quantité suffisante pour l’année entière.
À tour de rôle – parce que pour la cuisson de la première fournée, il fallait plus de bois que pour les suivantes – une famille commençait à chauffer le four (dechouée lo foo).
Après avoir préparé la pâte, il fallait la laisser reposer dans un grand récipient de bois (mat) pendant environ une heure, pour qu’elle lève comme il fallait, ce que l’on contrôlait en faisant un trou dans la pâte avec le doigt et en y palçant une allumette allumée : si la flamme s’éteignait tout de suite, la pâte avait bien levé. 

pane_2 pane_3

En règle générale, c’étaient les femmes qui préparaient les miches, les plaçaient sur les planches et les couvraient de draps, tandis que le chef de four contrôlait la température : ne disposant pas d’un thermomètre, il jetait dans le four une poignée de farine : si celle-ci ne brûlait pas tout de suite, la température était la bonne, sinon il fallait refroidir le four avec un sac de jute trempé dans l’eau.

Venait enfin le moment d’enfourner et, après une heure de cuisson environ, le pain retiré du four répandait son agréable parfum. Pour le faire sécher, il était ensuite posé sur des séchoirs en bois (rahelì di pan) et placé dans des pièces aérées et fraîches. 
La cuisson du pain n’était pas seulement une nécessité : elle représentait également une occasion pour tout les habitants du hameau de se rassembler : hommes, femmes, enfants et personnes âgées se retrouvaient ainsi pour discuter et échanger des idées, une habitude qui a perduré jusqu’au début des années 1970 mais s’est ensuite malheureusement perdue.
Après plusieurs années d’interruption (de 1970 environ à 1985), au hameau du Petit-Haury, plusieurs familles ont recommencé à faire cuire le pain ensemble, la dernière semaine du mois de novembre. 

pane_8 pane_7
Le four du Petit-Haury
 
pane_5
pane_6

Four du Grand-Haury

Au Grand-Haury aussi, après la rénovation du four et de la pièce attenante, en 1985, diverses familles y font à nouveau cuire le pain, notamment depuis 2004 et toujours à la fin du mois de novembre.